Les aides mises en place pour soutenir le secteur du tourisme

11/01/2019

Les aides mises en place pour soutenir le secteur du tourisme

Plateforme PLAN Relance Tourisme

Pour soutenir les acteurs de la filière Tourisme, Bpifrance et la Banque des Territoires, en collaboration avec les Ministères de l’Économie et des Finances et de l’Action et des Comptes Publics, et les Régions de France ont développé une plateforme pour permettre à chaque entreprise d’identifier les différentes aides dont elle peut bénéficier.

En fonction des différents critères (secteur d’activité, taille, région etc..), l’entreprise est redirigée vers les plateformes d’aides existantes et peut ainsi formuler ses demandes.

https://www.plan-tourisme.fr

Le fonds de solidarité maintenu pour les entreprises du secteur (les entreprises du secteur des cafés hôtels restaurants, du tourisme, de l'événementiel, du sport et de la culture) jusqu’à la fin de l'année 2020. Cela concerne les entreprises qui réalisent jusqu'à 2 millions de CA et compte jusqu'à 20 salariés. L'aide pourra atteindre 10000 €.

Le PRÊT GARANTI SAISON mis en place pour le secteur. (Jusqu’au 3 meilleurs CA mensuels de l’année précédente). « Les dispositifs de prêts au secteur hôtellerie, restauration, tourisme, seront renforcés. Un prêt garanti État, que nous allons appeler le Prêt Garanti État Saison, sera mis en place. Ses conditions seront plus favorables que celles du Prêt Garanti État classique, avec notamment un plafond qui pourra atteindre le chiffre d’affaires des trois meilleurs mois de l’année précédente. »

REPORT DE MENSUALITÉ : Les banques se sont engagées à proposer aux PME un report des remboursements de leurs prêts sur 12 mois au lieu de 6 mois.

Les cotisations sociales patronales exonérées entre mars et juin pour les entreprises du secteur tant que la fermeture durera.

Un crédit cotisation de 20% des salaires versés depuis février accordé aux entreprises pour accompagner leur reprise et imputable sur l'ensemble des cotisations dues.

Chômage partiel conservé au moins jusqu'au mois de septembre 2020 (dans les mêmes conditions) et au-delà, en fonction de l’évolution de la reprise des entreprises du secteur.