RÉOUVERTURE POUR LE PUBLIC PRIORITAIRE DES BAFS DE SAINT MAURICE SUR AVEYRON ET DE CHÂTILLON-COLIGNY

29/12/2020
RÉOUVERTURE POUR LE PUBLIC PRIORITAIRE DES BAFS DE SAINT MAURICE SUR AVEYRON ET DE CHÂTILLON-COLIGNY

Réouverture pour le public prioritaire

Bassin d'Apprentissage Fixe


6 personnes maxi par créneau,  sur réservation et sur présentation d'un certificat médical APA (activité physique adaptée)


Tarif : 1,70 €

Prescription médicale

Bassin d'Apprentissage Fixe de
Saint Maurice sur Aveyron

3 créneaux
Lundi, mardi et jeudi de 12h à 13h

à partir du 1/03

Bassin d'Apprentissage Fixe de
Châtillon-Coligny

3 créneaux
Lundi, mardi et jeudi de 10h à 11h

du 18/02 au 26/02 puis à partir du 8/03

Personnes prioritaires :

Les publics prioritaires suivants : sportifs professionnels, sportifs de haut niveau et autres sportifs inscrits dans le Parcours de performance fédéral, personnes en formation universitaire ou professionnelle, personnes détenant une prescription médicale APA et personnes en situation de handicap reconnu par la MDPH ainsi que l’encadrement nécessaire à leur pratique, conservent l’accès à l’ensemble des équipements sportifs (plein air et couverts).

Pour ces publics, l’ouverture des vestiaires collectifs est autorisée, dans les conditions fixées par les protocoles sanitaires.

Toutefois, seuls les sportifs professionnels, les sportifs de haut niveau, les publics en formation professionnelle ainsi que l’encadrement nécessaire à leur pratique, seront autorisés à déroger au couvre-feu dans le cadre de leurs déplacements et de l’accès aux équipements sportifs.

 

Personnes détenant une prescription médicale APA et personnes en situation de handicap reconnu par la MDPH :

 « Précisions sur la prescription médicale attendue et justificatifs des personnes en situation de handicap

Sur la prescription médicale attendue, il convient de préciser que la prescription médicale attendue est celle prévue par à l’article D. 1172-2 du code de la santé publique.

Cette prescription médicale d’activité physique adaptée spécifique est établie par le médecin à destination des patients atteints d’une maladie chronique /affection longue durée (ALD).

A ce titre, la prescription médicale concerne toute personne atteinte d’une pathologie chronique et/ou en situation d’ALD, ou en perte d’autonomie pour laquelle l’activité physique adaptée est recommandée. Le certificat médical d’absence de contre-indication ou d’incitation à la pratique sportive ne permet pas l’accès dérogatoire aux équipements sportifs pour les publics prioritaires.

Sur les justificatifs des personnes en situation de handicap il convient de préciser que tout document attestant le handicap délivré par une autorité administrative permet de justifier l’accès dérogatoire aux équipements sportifs susvisés.

A ce titre la Reconnaissance de la Qualité de « Travailleur Handicapé » (RQTH), carte émise par la MDPH et/ou Maison de l’autonomie ou la carte de stationnement sont des justificatifs valables. De plus, pour accéder aux équipements sportifs, il n’est pas obligatoire pour les personnes en situation de handicap de disposer d’une prescription médicale pour pratiquer une activité physique. »

 cf : https://www.herault.gouv.fr/layout/set/print/Politiques-publiques/Jeunesse-sport-et-associations/Infos-Covid-19/Sports/Informations-sports-et-coronavirus              

Voici une liste des AFFECTIONS DE LONGUES DUREES qui entre dans le public prioritaire :

  • accident vasculaire cérébral invalidant ;
  • insuffisances médullaires et autres cytopénies chroniques ;
  • artériopathies chroniques avec manifestations ischémiques ;
  • bilharziose compliquée ;
  • insuffisance cardiaque grave, troubles du rythme graves, cardiopathies valvulaires graves, cardiopathies congénitales graves ;
  • maladies chroniques actives du foie et cirrhoses ;
  • déficit immunitaire primitif grave nécessitant un traitement prolongé, infection par le virus de l'immuno-déficience humaine (VIH) ;
  • diabète de type 1 et diabète de type 2 ;
  • formes graves des affections neurologiques et musculaires (dont myopathie), épilepsie grave ;
  • hémoglobinopathies, hémolyses, chroniques constitutionnelles et acquises sévères ;
  • hémophilies et affections constitutionnelles de l'hémostase graves ;
  • maladie coronaire ;
  • insuffisance respiratoire chronique grave ;
  • maladie d'Alzheimer et autres démences (2)(3) ;
  • maladie de Parkinson (3) ;
  • maladies métaboliques héréditaires nécessitant un traitement prolongé spécialisé ;
  • mucoviscidose ;
  • néphropathie chronique grave et syndrome néphrotique primitif ;
  • paraplégie ;
  • vascularites, lupus érythémateux systémique, sclérodermie systémique ;
  • polyarthrite rhumatoïde évolutive ;
  • affections psychiatriques de longue durée ;
  • rectocolite hémorragique et maladie de Crohn évolutives ;
  • sclérose en plaques (3) ;
  • scoliose idiopathique structurale évolutive (dont l'angle est égal ou supérieur à 25 degrés) jusqu'à maturation rachidienne ;
  • spondylarthrite grave ;
  • suites de transplantation d'organe ;
  • tuberculose active, lèpre ;
  • tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique.

Source : article D. 322-1 du Code de la Sécurité sociale, modifié par les décrets n° 2004-1049 du 4 octobre 2004 publié au JO du 5 octobre 2004 et n° 2011-77 du 19 janvier 2011 publié au JO du 21 janvier 2011.

Sources : décrets n° 2011-726 et n° 2011-727 du 24 juin 2011 publiés au JO du 26 juin 2011